Carolina Tedeschi en exclusivité :  » Je vous parle de la nouvelle Formule 1. Monza ? Verstappen n’a pas été favorisé… »

– Continuer la lecture ci-dessous –

C’est à une Formule 1 en pleine évolution que nous assistons depuis quelques années. Le rachat de la Fédération par Liberty Media a révolutionné la manière de comprendre et d’observer un sport considéré (il n’y a pas si longtemps encore) comme la chasse gardée des « anciennes générations ». En effet, l’entreprise américaine a réussi la difficile tâche de « moderniser » et d’accroître le paysage humain des supporters, avec des résultats plus que satisfaisants. Le nombre croissant d’interactions via les médias sociaux (21 millions de followers sur Instagram), ainsi que la sortie de la série Netflix : La volonté de survivrene sont que quelques-uns des nombreux signes d’un changement radical entrepris par la plus haute expression du sport automobile. C’est précisément au sujet de ces perspectives nouvelles et passionnantes pour la Formule 1 que nous avons eu le privilège de discuter aujourd’hui avec Carolina. Tedeschi. Le « créateur de contenu » de Reggio Emilia (depuis peu également collaborateur Sky) s’est adressée en exclusivité à nos micros, où elle a parlé de sa passion pour le sport automobile, ainsi que de son travail en contact avec le monde social de la F1. Ceci, sans oublier l’action sur la piste : du Grand Prix de Monzaà Abu Dhabi 2021, tirant enfin les conclusions de la saison de Ferrari.

Carolina Tedeschi : « J’ai commencé par passion, dans un pays où le football est roi, j’ai ressenti le besoin de parler de la F1 ».

Bonjour Carolina, tout d’abord (pour ceux qui ne vous connaissent pas) en tant que Pouvez-vous expliquer votre travail en contact étroit avec la Formule 1 ?

« Mon travail consiste à parler de la Formule 1 sur les médias sociaux. Je suis un créateur de contenu, car je crée du contenu pour les garçons et les filles qui me suivent. Je viens d’une famille où, pour le meilleur et pour le pire, tout le monde courait, j’ai aussi passé une grande partie de mon enfance sur la piste parce que mon frère courait en karting et donc ça a toujours été une passion que j’avais cachée sous ma peau et que je n’ai jamais calculée, jusqu’à un certain point… J’avais besoin de trouver un endroit où je pourrais parler de la Formule 1, car à l’époque (j’ai commencé il y a 2 ans), en Italie, le football était et reste le sport le plus suivi.. Je me sentais un peu déconnecté et j’ai dit « OK, on commence ! ».

« J’ai commencé sur les médias sociaux : à partir d’Instagram, puis je suis aussi passé à TikTok, Youtube et Twitch. Mon travail a différentes structures : une partie est en collaboration avec Sky pour Race Anatomy, ainsi que pour leur social, l’autre grande partie du travail comprend toutes mes chaînes, où je crée du contenu, crée des vidéos, parle en direct de la Formule 1. Enfin, grâce à ces plateformes, qui sont une vitrine pour moi, je travaille également avec des marques liées au sport automobile qui peuvent m’appeler pour un lancement de produit plutôt que pour un événement en direct. C’est un travail très complexe, les gens s’attardent peut-être sur deux photos que vous postez ou deux choses que vous dites, mais ils ne savent pas tout le travail qu’il y a derrière…« .

– Continuer la lecture ci-dessous –
Carolina Tedeschi (f1withCarolina)
Carolina Tedeschi (f1withCarolina)

Carolina Tedeschi : « La F1 s’est ouverte aux jeunes, Drive to Survive en est un exemple ».

On peut donc parler d’une véritable « vague » de nouveaux projets de l’UE. générations, en suivant un sport qui, il y a quelques années encore, était considéré comme Plus de 40 ans ?

LIRE AUSSI  Formule 1, Russell sur la deuxième place sur la grille : "Je ferai de mon mieux, mais Red Bull et Ferrari sont trop forts".

« Je pense que la Formule 1 s’est naturellement ouverte au monde des jeunes, car sur la grille de départ, la plupart des gars ont mon âge.. Et quand vous voyez des jeunes de votre âge, qui utilisent les médias sociaux autant que vous, qui sont des gens normaux qui, pendant le Covid, sont enfermés chez eux comme tout le monde et se mettent à jouer à des jeux virtuels sur Twitch, et que vous les voyez plaisanter et rire, c’est cette proximité avec les jeunes, avec les conducteurs qui sont… Charles, Russel e Lando etc etc… comble le fossé entre un fan et une idole. Lorsque vous voyez que votre idole est une personne humaine comme vous, votre amour pour cette personne augmente encore plus. Bien sûr, une autre aide importante est venue de Drive to Survivequi racontait simplement des choses que l’on ne voit pas lors d’un week-end de course normal, (un autre fossé s’est ouvert sur le fait qu’il s’agissait de beaucoup de « spectacle » et pas beaucoup de « vérité »), mais ils ont en fait atteint la cible et donc pour moi Drive to Survive est un produit qui fonctionne très bien. Si le but était d’attirer le plus grand nombre de personnes possible, ils ont réussi. L’âge moyen des personnes qui suivent la Formule 1 a encore baissé et se situe entre 20 et 30 ans.Cela signifie donc qu’il s’agit presque d’une nouvelle génération de F1.

Est-ce donc la direction prise par la Fédération pour l’avenir ?

« La Formule 1 est un organisme très tourné vers l’avenir, comme je le dis toujours, c’est un monde en constante transformation. La Formule 1 devait ouvrir ses bras à ma génération.. Nous sommes entrés avec une fraîcheur différente, certainement aussi en raison de tous les jeunes qui sont entrés dans la grille de départ que nous voyons maintenant, mais ce serait étrange dans l’autre sens. Si nous regardons le public de la F1, les jeunes qui ont 20 ans aujourd’hui seront les futurs fans et ils amèneront leurs enfants sur le circuit.donc aussi pour une question commerciale très cynique, ils doivent se concentrer sur notre génération. Sinon, à quoi ressemblera l’avenir ? »

– Continuer la lecture ci-dessous –
Formule 1 - Rouler pour survivre
Formule 1 – Rouler pour survivre

Carolina Tedeschi : « A Monza, les règles ont été respectées, mais à l’avenir j’espère une meilleure formule ».

Pour en revenir à l’action sur la piste, quel est votre avis sur le GP d’Italie et l’arrivée (très discutée) derrière la voiture de sécurité ?

LIRE AUSSI  Formule 1, Jarno Trulli : il y a vingt-cinq ans, il étonnait le monde entier

« Je dois faire une prémisse : l’année dernière (à Abu Dhabi 2021, ndlr) les règles n’ont pas été suivies, où, indépendamment d’une hypothétique victoire de Charles cette année, l’année dernière, Hamilton n’a pas remporté un hypothétique huitième titre mondial. Il y avait donc beaucoup plus en jeu, comme Hamilton aurait vraiment écrit l’histoire. Dans ce cas, surtout en Italie, beaucoup de gens n’étaient pas indignés parce qu’il y avait tellement de haine envers Lewis. Cela montre que l’opinion des gens change parfois un peu trop vite. Cette année, une hypothétique victoire de Charles Leclerc était en jeu, les règles du fameux règlement qui a tant inquiété après Abu Dhabi ont été suivies et les gens se sont plaints comme si un titre mondial n’avait pas été attribué. C’est pourquoi je dis toujours : il y a deux poids, deux mesures. Où est la vérité et où est l’opinion ? »

« Une chose est sûre, après un week-end aussi extraordinaire, on se sent si mal pour les personnes qui paient des billets (à des prix assez élevés) et qui manquent ensuite un événement…. Alors si Max ou Charles avait gagné, cela n’aurait rien changé, mais c’est juste la fermeture comme ça, sans la bataille, sans la normalité qu’est la Formule 1. La seule chose que j’espère, c’est qu’ils puissent trouver un moyen un peu plus équitable. Vous ne pouvez pas mettre tout le monde d’accord, mais trouvez au moins quelque chose qui peut faire en sorte que la course se déroule bien, pour le meilleur ou pour le pire, même dans les tours les plus agités. Pour donner quand même une conclusion et une fin décente pour les gens qui sont là.

Sainz, Ferrari

Carolina Tedeschi : « Ferrari ? Dommage pour le championnat du monde, maintenant la tête pour 2023′.

Si vous étiez à la place de Mattia Binotto, que pensez-vous que Ferrari ait encore à demander dans ces dernières courses de 2022 ?

« Honnêtement, je ne voudrais jamais être à la place de Mattia, surtout en Italie (rires, ndlr), mais à présent, Ferrari a joué son rôle dans le championnat, et probablement seul.. C’est dommage car il y avait de bonnes prémisses pour faire quelque chose de grand ou en tout cas pour avoir une saison, je ne dirai pas une copie de 2021 : combattue jusqu’au bout, mais néanmoins une saison très excitante. La seule chose que l’on puisse faire maintenant est de travailler sur 2023.Ils travaillent tous déjà sur la voiture de l’année prochaine, s’améliorant en tant qu’équipe et, pourquoi pas, s’il y a des circuits professionnels, pour que votre voiture remporte des victoires. Cela doit être l’objectif. Le titre nous a maintenant échappé et je suis particulièrement désolé que le titre des constructeurs nous ait également échappé, car Ferrari aurait pu faire très bien cette année avec les deux voitures.

« Il faut à mon avis aussi lever les mains vers une équipe qui est Redbull, qui a un méga talent comme Verstappenet qui ont fait quelque chose d’extraordinaire, étant donné que l’année dernière, ils ont travaillé jusqu’au cou sur la voiture de 2021 et ont réussi malgré cela, (nous avons vu ce que Mercedes a fait), à faire quelque chose d’excellent. Donc, nous nous concentrons toujours sur Ferrari, mais j’ai aussi envie de passer quelques lignes pour Verstappen parce qu’il est un pilote vraiment incroyable dans le sens positif….« .

Leclerc et Verstappen
Leclerc et Verstappen

Carolina Tedeschi : « Le but est d’apporter la F1 aux enfants ».

Pour nos lecteurs, où ils peuvent continuer à vous suivre ou à rester. mis à jour sur vos interventions ?

« Les gens peuvent me suivre sur tous mes réseaux sociaux, à savoir TikTok, Twitch, Youtube, Instagram sous le nom de « F1withcarolina », puis Race Anatomy à partir de 19 heures sur Sky après le GP. »

Et maintenant, qu’est-ce qui se prépare pour l’avenir ?

« Pour l’avenir, c’est un travail en cours, j’ai des choses sur lesquelles je travaille. L’objectif est toujours d’amener la Formule 1 aux jeunes, de leur faire vivre une expérience positive. C’est mon objectif, très lié aux autres. Nous allons voir ce qui va se passer, mais en attendant, profitons de cette saison ! ».