Formule 1, Vettel fait ses adieux :  » Après Abu Dhabi, je disparaîtrai des radars « .

– Lire la suite ci-dessous –

Ça y est, dans un peu plus de 48 heures, la Formule 1 sera de retour en piste pour le Grand Prix du Brésil. La course sud-américaine s’annonce comme une montagne russe d’émotions. Sébastien le sait bien VettelLe pilote allemand a annoncé ses adieux à la Formule 1 à la fin de la saison et celle d’Interlagos sera donc son avant-dernière apparition dans la compétition. Malgré les excellents résultats obtenus par l’ancien pilote Ferrari dans la seconde moitié de la saison, Vettel a répété à plusieurs reprises qu’il n’avait pas changé d’avis sur sa décision. « J’ai longtemps réfléchi à cette décision. Je trouve un peu triste qu’aujourd’hui nous ayons tendance à vaciller autant et à nous balancer sur des montagnes russes d’émotions. » a expliqué l’Allemand dans les colonnes de Associated Press. Et enfin : « Bien sûr, j’ai apprécié les deux dernières courses, mais elles n’ont aucun impact sur la décision. En tout cas, ils me rappellent pourquoi j’aime tant ce sport et la course. »

Vettel sur le podium à Bakou
Vettel sur le podium à Bakou

Sebastian Vettel : « Mon retour en Formule 1 ? Je l’ai exclu, mais… »

Juste avant le Grand Prix du Brésil, l’Allemand (qui a remporté l’un de ses 4 titres mondiaux à Interlagos) a fait quelques remarques sur sa carrière en Formule 1 : « 16 ans de la vie d’une personne. Je m’attends secrètement à m’en sortir sans la F1, comme si je suivais une sorte de « rééducation ». il a avoué Sebastian Vettel, pilote d’Aston Martin aux microphones du radiodiffuseur allemand Der Spiegel. Le pilote a ensuite cité l’exemple de Stefan Raab: un présentateur bien connu en Allemagne, qui a disparu des radars après avoir annoncé ses adieux au monde de la télévision.Il était omniprésent sur la scène télévisuelle allemande, mais depuis qu’il a annoncé qu’il allait arrêter, il est quasiment silencieux du jour au lendemain. Il faudrait lui demander s’il est heureux ou non, mais avant tout, je pense qu’il est admirable. Il a montré qu’il n’en était pas devenu dépendant, ce qui est un danger particulièrement grand dans le sport. Je n’ai pas de photos de moi accrochées au mur à la maison, et je n’ai pas de trophées en exposition. J’ai beaucoup d’autres centres d’intérêt à découvrir. Être à la maison avec trois enfants ne sera jamais ennuyeux« . Comme indiqué par Formulapassionl’homme de 87 ans a finalement (presque) exclu un éventuel retour dans les paddocks : « Je voudrais l’exclure, mais je ne peux pas le faire.Je n’ai aucune idée de ce que je ressentirai dans un an ou deux, mais j’espère que dans deux ans, je serai encore là pour dire « Non merci, je n’en ai plus besoin ».‘ ».

LIRE AUSSI  Formule 1, Carlo Vanzini : une carrière entre le ski et le sport automobile