Abodi (ministre des Sports) :  » Le sport, à l’avenir, il y a une confrontation avec l’esport « .

Bannière RoundOne 700×150

Le nouveau ministre des sports, Andrea Abodi, a signé en 2018 la préface de notre étude sur les esports en citant League of Legends et en déclarant que les esports méritent une attention « non seulement pour ne pas être exclus d’une partie de l’avenir, mais aussi pour ne pas être submergés par celui-ci ». Après son poste, de nouveaux espoirs pour la scène esports italienne.

Andrea Abodi, 62 ans, originaire de Rome, diplômé en économie de l’Université de Luiss, une vie de gestionnaire principalement dans le secteur du sport (il est actuellement président de l’Institut du crédit sportif), est le nouveau président de la Commission européenne. ministre des sports Italien. Le nouveau titulaire du ministère des sports dans le gouvernement Meloni.

Il y a quatre ans, lorsque nous avons produit le livre « eSports. Un universo dietro al videogioco « , nous avons demandé à celui qui était déjà président de l’Istituto per il Credito sportivo de écrire la préfaceafin de sceller un lien entre le sport et l’esport que l’on voyait déjà bien au-delà du chevauchement presque parfait des deux termes.

Sa nomination fait d’ailleurs revenir un ministère, celui des sports, qui n’existait pas dans le gouvernement précédent (le dernier était celui dirigé par Vincenzo Spadafora, dans le comte II), apporte un nouvel espoir à l’ensemble du mouvement sportif italien (certainement le plus lié au CONI), qui a toujours été à la recherche d’une consécration définitive, pour laquelle, bien sûr, le soutien de la politique est également nécessaire. Avoir un ministre qui, au minimum, sait ce qu’est l’esport et connaît les questions et les problèmes qui s’y rapportent peut être un début significatif.

LIRE AUSSI  Valorant, le KRÜ Esports d'Aguero participe aussi au Red Bull Home Ground

Voici le texte qu’Andrea Abodi a écrit, et qui ouvre ce qui reste le premier texte organique entièrement consacré aux e-sports compétitifs.

« Il y a deux façons d’affronter l’avenir : l’attendre ou l’affronter.« . C’est l’incipit d’Abodi. « Si on l’attend, quand elle arrive, on la trouve non préparée au rendez-vous, elle désoriente et souvent submerge ; si on va vers elle, en anticipant les temps et les conditions, il est plus facile d’en évaluer les impacts, d’en limiter les risques et d’en valoriser les opportunités ». Et le futur entretient une relation étroite avec la technologie, qui est à la fois l’unité de mesure et la représentation la plus tangible du futur ».

« Ceux de ma génération – une expression qui commence à « peser » – ont commencé leur relation avec la technologie (télévision et radio mises à part) juste avant l’âge de vingt ans, et le souvenir pâlit face à ceux que l’on appelle les « digital natives », qui à moins de deux ans interagissent avec une tablette ou un smartphone, en utilisant leur index de la manière la plus naturelle, comme une clé pour entrer dans le monde. Pour le système sportif, italien et international, la relation avec l’avenir et la technologie est également représentée par la confrontation avec et sur les esportsdans lesquels les profils d’indifférence, de concurrence ou de complémentarité ne sont pas encore bien définis ».

« D’autre part L’esport s’est développé et établi ces dernières années de manière totalement indépendante des systèmes sportifs.en suivant instinctivement les nouvelles voies tracées précisément par les technologies du jeu numérique et les opportunités offertes par le Net. Ils se sont également développés et ont été nourris par un esprit libre, indépendant et peu – voire pas – sensible à l’attrait des catégories traditionnelles des institutions sportives… et au-delà.

LIRE AUSSI  Elyoya blindé : 800 000 € refusés

« A cet égard, les systèmes sportifs n’ont pris conscience que récemment du phénomènemais peu de « managers » comprennent, même sommairement, les risques encourus en attendant l’avenir ou, pire encore, en niant son existence, son évidence et son influence même dans le présent ».

« Il suffit de dire que depuis quelques années, grâce notamment à des technologies et des réseaux de plus en plus performants, il y a de grands événements sportifs internationaux qui sont dépassés, en termes d’audience numérique, par des compétitions mondiales d’esports comme le Championnat du monde de League of Legends. Et derrière les événements et le public se trouvent les praticiens et les fans, désormais
des dizaines et des dizaines de millions de personnes dans le monde, devant lesquelles Je pense que quelqu’un dans le monde du sport devra tôt ou tard se poser sérieusement la question… de ce qu’il faut faire, de la stratégie à développer et à adopter, pour éviter la perspective d’une « séparation des destins » définitive entre le sport et l’esport, qui aurait tant d’implications, y compris au niveau des infrastructures ».

« Il existe une série articulée de questions et de problèmes liés à la relation « sport-esport », largement développée dans ce livre à lire attentivement, qui suggère une approche ouverte, inclusive et même créative, et mériterait plus d’une réflexion, surtout dans le milieu scolaire, sur la relation correcte et intégrée entre le modèle éducatif, le développement des compétences individuelles et l’utilisation des outils technologiques ».

« Et en restant en marge des questions techniques, qui semblent échapper au sujet des esports, je prends la licence pour signaler quelques idées et quelques questions clés qui précèdent le sujet lui-même, qui peut-être méritent une plus grande attention et une étude plus approfondieavant que les décisions nécessaires ne soient prises : la technologie comme facteur complémentaire et non substitutif, la relation entre la socialisation physique et numérique, le contrôle du risque de dichotomie compulsivité-noïa, une bonne gestion du temps et des horaires, une détermination et une limitation raisonnables des multiplicateurs de stress exponentiels. Des questions à aborder sans sous-estimer leurs effets ».

LIRE AUSSI  Women in Esports" : sept nouvelles recrues au sein du comité de l'organisation

« En conclusion, j’avoue avec beaucoup de simplicité, de sincérité et de transparence mes limites face à des questions complexes telles que celles développées par cette expérience éditoriale. D’autre part, je crois que la demande de me confier cette préface n’a pas été inspirée par une évaluation de connaissances spécifiques sur le thème de l’esport, mais plutôt par l’intérêt de l’envisager sous un autre angle, certainement sans a priori, avec la sensibilité de ceux qui l’observent de l’extérieur, mais avec la conscience de la nécessité d’y entrernon seulement de ne pas être exclu d’une partie de l’avenir, mais aussi de ne pas être submergé par lui, avec le risque d’être paradoxalement coupable de ne pas l’avoir compris ».

Bannière RoundOne 700×150