Eriksen, le cerveau de Manchester United : le phénix dirigeant l’orchestre

– Lire la suite ci-dessous –

Un début de saison poussif, et un revirement soudain. Une mort, et une résurrection. Le sort des chrétiens Eriksen et Manchester United, mais aussi de Sancho, semble être lié. Une histoire de points de non-retour, pour renaître soudainement. Le gang d’Erik dix Hag a touché le fond après la défaite 4-0 contre les Brentford. A partir de là, quatre victoires d’affilée et seulement trois points de retard sur l’équipe de tête.Arsenal meilleur buteur. Depuis le premier jour, le Danois a été mis au centre de tout, et aujourd’hui il bénéficie d’une équipe qui tourne autour de lui, comme dans ces moments gravés dans la mémoire de tous de ce… 12 juin 2021lorsque ses camarades se sont regroupés en cercle pour protéger leur ami qui luttait contre la vie. Jusqu’à ce que, à 19 h 06, il soit ressuscité.

Les footballeurs danois autour d’Eriksen @imagephotoagency

Eriksen : le phénix

Il y a un peu plus d’un an, la question était de savoir si… Eriksen jouerait à nouveau, surtout à un haut niveau. Il est maintenant au plus haut niveau du monde, en Premier Leagueà Manchester United. Tel un phénix, il a su se donner une nouvelle chance, non seulement en reprenant là où nous nous étions arrêtés, mais en trouvant en lui la volonté et le talent pour s’améliorer. Le premier à parler de « phoenix » étaient les Égyptiens. Le « Bennu‘, comme on l’appelait, était représenté avec une couronne sur la tête, et il sortait des eaux, qui convenaient mieux à un Danois qu’à des flammes. Tout comme Eriksen, qui se sent maintenant bien, et qui a ce même sentiment d’appartenance. Brentford s’il est ici aujourd’hui pour enchanter Old Trafford.

Eriksen, Brentford
Eriksen, Brentford

Les Phéniciens, tels que relatés par Ovide dans Les MétamorphosesAprès 500 ans, ils sentent le moment venu et construisent un nid de cannelle et de myrrhe sur un chêne, où ils attendent d’expirer et d’être réduits en cendres par le soleil. Ce soleil qui leur redonne alors vie par ses rayons, et que le phénix remercie ensuite en apportant son nid, qui est à la fois tombeau et berceau, en cadeau au temple d’Héliopolis. Le site Brentford est le rayon de soleil de cette histoire. Capable de brûler Manchester United, mais aussi de faire revivre… Eriksenqui, dans son vol humain et footballistique, est à la tête de l’Union européenne. Diables rouges de retour au sommet. Un enthousiasme nouveau pour lui, qui se sent au bon endroit au bon moment, et pour les fans qui l’admirent sur le terrain.

LIRE AUSSI  Espanyol v Sevilla : suivez la Liga en direct

Lire aussi : Manchester United, les doutes de Murphy : « Eriksen et Bruno Fernandes ensemble ne me convainquent pas ».

– Continuer la lecture ci-dessous –

Eriksen : la renaissance

À Héliopolis, en Égypte, comme l’étymologie du nom le suggère, se trouve le culte de Rê, dieu du Soleil. Les prêtres ont l’habitude de prendre le vol du phénix au temple comme l’arrivée du messie qui, après 500 ans, fait renaître une nouvelle religion des cendres de la précédente. Ainsi, Eriksen, qui n’a pas retenu sa joie à son arrivée, a fait avec le Manchester United. Une renaissance à travers les pieds et le cerveau de ce phénix. Erik dix Hag a décidé très tôt de compenser les problèmes de construction de son équipe par la présence du Danois aux deux postes devant la défense dans son 4-2-3-1. Il est l’homme clé qui aide à faire remonter le ballon sur le terrain et à le transmettre aux attaquants. Une nouvelle évolution tactique, une nouvelle Eriksen.

Christian Eriksen
Christian Eriksen

Contre laArsenal est monté sur scène. Une victoire 3-1 contre le premier du tableau, qui n’avait gagné que jusque-là, et qui portait sa signature ainsi que celle d’Antony, pour ses débuts avec Manchester United. Un match au cours duquel il a été celui qui a touché plus de ballons que quiconque dans les rangs de la Diables rougesainsi que d’être celui qui a fait le plus de passes. Il n’a eu besoin que de trois des 46 tentatives pour décider de la course.. Le premier retournement sert Bruno Fernandes derrière le milieu de terrain, donnant à son delantera un 4vs4 brillamment terminé par Rashford pour Antony. Puis, toujours premier et toujours les yeux dans le dos, il retrouve le Portugais entre les lignes, qui a le temps de se retourner et de poster joliment Rashford pour 2-1.

LIRE AUSSI  Marseille-Rennes, Gueye : "Je suis venu ici avec ce défi".
Christian Eriksen
Christian Eriksen

Enfin, une insertion en profondeur sans le ballon à partir de sa propre moitié de terrain, pour finir par une passe décisive parfaite pour le doublé de l’attaquant anglais. Une passe facile, après une longue course, qu’Eriksen rend parfaite avec cette précision maniaque digne d’un moine amanuensis. Pas trop fort, pas trop lent, pour finir devant le pied de son coéquipier qui le pousse dans un but vide, le ballon passant à un centimètre du défenseur qui le récupère, seulement trompé par le toucher velouté des pieds du Danois qu’il pourrait l’intercepter. Dans ces 3 passes il y a tout d’Eriksen. Il y a la capacité de scanner la situation avant de recevoir, il y a la propreté du geste technique, il y a la lecture du jeu, et il y a aussi la capacité d’imaginer le football avec deux, voire trois passes à l’avance. Sa partie s’est terminée par un 1 fou de xA (assistance prévue), avec 4 occasions créées et 3 passes clés (données Fbref). Un domaine technique et cérébral hors normespour un phénix qui s’est levé et a finalement pris son envol avec sa couronne sur la tête, comme le Bennu.

– Continuer la lecture ci-dessous –