Formule 1, l’héritage du week-end de Singapour : les positions de Ferrari, FIA, Mercedes et Red Bull

– Continuer la lecture ci-dessous –

Changez le conducteur dans le cockpit mais pas le l’équipe qui triomphe et s’assoit sur la première marche du podium. A Singapour la victoire est une fois de plus mis par le Red Bull – le sixième consécutif – Bien que cette fois, ce n’est pas le champion du monde en titre Max qui sourit. Verstappenmais Sergio Perez. Le Mexicain surnommé checo est confirmé dominateur et spécialiste de circuits urbains après son succès à Monte Carlo dans des conditions de piste très similaires à celles observées en Asie. Une victoire, le résultat d’une départ en fanfare avec l’avance déjà prise au premier virage aux dommages de Ferrarista Charles Leclercet plus tard d’une grande défense, de bonne gestion des pneumatiques et une stratégie bien réfléchie, ainsi qu’une frottis sous voiture de sécurité qui a soulevé une certaine controverse au cours de l’année dernière. sanction ultérieure.

Lire aussi : Formule 1, Gasly dur sur AlphaTauri : « Je ne comprends pas la décision du mur de la course ».

Précisément ceux qui, dans ce week-end consacré au Grand Prix de Singapour ont monopolisé l’attention de médias et le les protagonistes du paddockavec la FIA (Fédération Internationale de l’Automobile) toujours le protagoniste négatif. Allons-y dans l’ordre. Le vendredi 30 septembre, le FIA aurait dû communiquer par ses canaux officiels les données sur le plafond budgétairece rapport présenté à la Saison 2021 – pour contenir les conséquences économiques et financières de la pandémie de Covid-19 – en fixant une limite de dépenses au sein duquel le équipe sont tenus de réintégrer la saison sportive. En laissant de côté les détails qui ne sont pas essentiels pour le moment, tels que le montant maximal et la répartition en pourcentage des dépenses entre les coûts de production, les développements et les imprévus, les coûts de la main-d’œuvre, ce qui importe, c’est que tout d’abord la FIA s’est exprimée sur plafond budgétaire de la saison précédente à presque un an plus tard.

Direction de course en Formule 1

Formule 1, des paroles de Binotto à la volonté de la FIA

Un détail non négligeable si l’on considère les mantra du même Fédération voté pour valeurs d’équité, de respect, de solidarité et de transparence. Toutefois, il est apparu que dans le Saison 2021 deux équipe ont a dépassé le plafond des dépenses: Aston Martin e Red Bull. Si le premier a commis une « infraction mineure », c’est-à-dire une montant inférieur à 5 millions de dollars, le second l’a fait pour un montant comprenant entre 5 et 10 millions ce qui signifie une « violation grave ». La ventilation et le choix des montants qui déclenchent les pénalités ne peuvent déjà pas être le sujet du mécontentement sur paddock. En fait, comme le directeur de l’équipe Ferrari Mattia Binotto l’a admis lui-même, seulement 4 millions de dollars avoir un impact plus que significatif, étant quantifiable en termes de 70 ingénieurs qui peut développer la machine, à savoir près d’un an de développement.

– Continuer la lecture ci-dessous –

En d’autres termes, un écart se rapprochant de la avance d’une demi-seconde et qui garantit une une supériorité non négligeable même dans les saisons qui suivent le équipe. Ferrari, de l’aveu même de Binotto, a lutté pour rester dans les marges en précisant de manière plus ou moins voilée que les le potentiel de la voiture ne sont pas peu nombreux, mais sur l’autel du respect des règles et des valeurs du sport, ils ont été – pour l’heure – des ailes coupées à plus d’une idée pour rendre le Cheval cabré ancre plus compétitif sur la piste.

Mattia Binotto
Mattia Binotto

En tout cas, dans le Journée dédiée à l’adresse pratique libre – ce vendredi 30 septembre – pour échauffer les esprits et faire monter les décibels, plus que les moteurs, c’est l’affaire du plafond budgétaire sur lequel la FIA a néanmoins souhaité apporter de la clarté en garantissant à l’équipe de la FIA la possibilité d’utiliser un système d’échange d’informations. le plus grand professionnalisme dans la finalisation de l’évaluation des données financières dont ils disposent et, surtout, prendre de la distance de rumeurs et de spéculations (qualifiées de « non fondées » sur le sujet). Enfin, la Fédération a déclaré que Mercredi 5 octobre sera le jour de la vérité, quand enfin révélé le rapport sur le plafond budgétaire de la saison 2021. naturellement, le premier des mots forts par les protagonistes de la Formule 1.

LIRE AUSSI  Formule 1, Carlo Vanzini : une carrière entre le ski et le sport automobile

Le site chef d’équipe de Mercedes Toto Wolff a rapidement fait remarquer que l’existence d’irrégularitésen plus de concerner la saison 2021 et probablement la saison 2022 en cours, représente un facteur de préoccupation non négligeable dans un environnement aussi compétitif. D’autre part, même quelques millions peut faire toute la différence du monde entre gagner et perdre pas tant un Grand Prix qu’une ou plusieurs saisons. Et ici, face à la Mercedes – avec le Ferrari qui utilisaient des tons plus démocratiques – est venu le justifications par le auteurs présumés avec le directeur de l’équipe Red Bull, Christian Horner. Des déclarations évidentes, avec lesquelles une tentative a été faite pour minimiser ce qui s’est passé (en parlant peut-être de manière inappropriée de malentendus sur des sujets aussi clairs que l’analyse d’un bilan) et de concentrer l’attention sur la Grand Prix de Singapour.

Formule 1, la course de Singapour et les regrets de Ferrari et Leclerc

Alors parlons de ce qui s’est passé sur la piste, avec les Qualifications de samedi qui a vu une fois de plus Ferrarista Charles Leclerc conquérir le position de tête. La 18e en carrière ce qui lui a valu la troisième place au classement spécial tous les temps des pilotes de la Ferrari. Cependant, une fois de plus, à Singapour la Rouge a gâché les bonnes choses faites vendredi et samedi en ne capitalisant pas sur la première place de Leclerc. Un refrain qui pue et quelque chose sur lequel le Ferrari devra s’améliorer puisque les statistiques sont plutôt inquiétantes et laissent peu de place aux ambitions de titre des Monégasques. En fait, en 2022, Charles Leclerc conquis neuf pole positions réussir à se convertir seulement 2 en victoirestandis que le rival de Red Bull Max Verstappen a triomphé à 11 reprises tout en recueillant moins de la moitié (seulement 4) des position de tête de la Ferrarista.

– Continuer la lecture ci-dessous –

Les nombres qui sont le résultat de erreurs autant au mur avec mauvaises stratégies dans le cas de pistecomme cela s’est produit à Singapour quand Perez a dépassé au premier virage Leclerc grâce à un temps d’accélération plus court de 0 à 100 km/h, qui a eu une poids important. Un Grand Prix sous la bannière de difficultés. D’une part pour le équipe et les pilotes, qui ont conduite dans des conditions très compliquées complice un asphalte humide pendant une grande partie de la course sur un circuit routier : un Singapour était presque un Grand Prix d’élimination avec bien 6 pilotes contraints à la retraite. Un circuit qui a vu plus d’une voiture s’écraser contre les barrières et où les erreurs des grands comme Verstappen et Lewis n’ont pas manqué. Hamilton qui ont littéralement crevé leurs pneus ou n’a pas dépassé au freinage compromettre ses propres performances.

Leclerc, Ferrari

Sans parler de la jour noir de certaines équipeset surtout Alpine qui s’est conclu en pire façon ce qui semblait être une très bonne week-end. Les problèmes de fiabilité ont trahi d’abord Fernando Alonso – qui est sorti de la voiture dépité en plein milieu de la course. le jour de son 350e GP en carrière – et ensuite Esteban Ocon. D’autre part, on ne peut pas dire que l’organisation du Grand Prix à la limite de la perfection, au contraire. Tout d’abord, on peut parler de l’asphalte – qui a même été récemment remplacé à certains endroits par un asphalte plus performant – qui a fait preuve d’une grande efficacité. faible capacité de drainage se desséchant presque complètement après plus de deux heures. Ensuite, certaines décisions par les juges du concours. D’abord quand ils décident de mettre fin à la voiture de sécurité virtuelle sans que tous les débris n’aient encore été retirés de la piste (avec des Perez qui arrivait directement dans le secteur incriminé).

LIRE AUSSI  Formule 1, vers Singapour : ce qu'il faut savoir sur le circuit de la rue Marina Bay

Ensuite, avec le retard retentissant et inconcevable dans la décision prise sur le Mexique Perez, coupable de ne pas avoir respecté la bonne distance de voiture de sécuritéc’est-à-dire un maximum de 10 voitures. Le conducteur du Red Bull a commis l’infraction susmentionnée à deux reprises et même pas un tour après le redémarrage voiture post-sécurité (l’un des nombreux a Singapour), le fait a été « constaté » avant de passer à « en observation » après presque 20 minutes et d’arriver ensuite à la décision de la Commission. Fédération de ne prendre des mesures – si nécessaire – qu’en fin de course. Tout cela pendant que Charles Leclerc a été rattaché à Sergio Perez dans une tentative désespérée de tentative de dépassement et reprendre l’avantage. A duel sensationnel si l’on considère le des conditions moins qu’optimales de la piste, les deux pilotes étant obligés de conduire vraiment à la limite.

Formule 1, le canular pour Ferrari avec la décision sur Perez

Une condition qui, cependant, à long terme a sévèrement pénalisé le pilote du Ferrari qui, dans la course finale, qui s’est terminée non pas au nombre de tours prévu mais dans le temps maximum de l’épreuve, soit deux heures, a a payé le prix se trouver pneus tellement usés qu’ils ont perdu presque une seconde par tour au profit du Mexicain. Le résultat est que Perez a franchi la ligne d’arrivée en têteremportant ainsi son quatrième Grand Prix en carrière, et Leclerc termine derrière lui à 7,5 secondes. Une véritable moquerie. Hoax parce qu’à la fin de la course et lors de la cérémonie de remise des prix sur le podium, avec le doute sur qui était le vrai gagnant de Grand Prix de Singapour qui planait parmi les personnes présentes, le FIA écouté les raisons de Sergio Perez et a ensuite communiqué le sa décision.

– Continuer la lecture ci-dessous –

D’un climat de incrédulité paradoxale pour le délai prolongé que la Fédération a pris, elle est passée à une atmosphère chargée de tension et d’amertume (surtout à la maison Ferrari) avant le sanction par 5 » – plus symbolique que réelle et utile pour le résultat final – infligée à Perez comme réprimande pour avoir tenu, à deux reprises, un distance supérieure à dix voitures vers le voiture de sécurité. Une décision incroyable et qui a surpris, mais pas trop. Bien qu’il y ait eu précédents qui parlait de sanctions d’environ 20 », l’équivalent d’une passer à traversle FIA a choisi un ligne plus douce convaincu par les mots et justifications (qui auraient fait autrement) de checo.

Sergio Perez, Red Bull
Sergio Perez, Red Bull

Mais ce n’est pas tant la sanction en elle-même qui a déclenché la controverse – bien qu’elle soit impensable qu’un pilote ne peut pas suivre le voiture de sécurité parce qu’il ne dispose pas de la pneus en température quand, dans le même Grand Prix, il a presque dépassé la voiture et s’est plaint qu’il allait trop lentement – comme l’a fait la Commission européenne. moment dans lequel il a été imposé. En fait, s’il est décidé dans la course, et que le les images étaient déjà disponibles et criard, Leclerc aurait pu garder une distance raisonnable envers Perez et ainsi conquérir la première marche du podium malgré franchissant la ligne d’arrivée en deuxième position. Bien sûr, cela n’enlève rien au fait que le Mexicain a mérité la victoire, en dépassant Leclerc le départ et interpréter la course au mieux ainsi que de jouer intelligemment en convainquant les FIA à l’entretien d’après-course.

LIRE AUSSI  Formule 1, affaire Red Bull : on soupçonne une taupe à la FIA

Il reste donc un grand regret pour le Rougeconscient d’avoir a raté une autre grande opportunité compte tenu des difficultés rencontrées en course (pensez au mauvais équilibrage de la voiture de Carlos Sainz) même si le fait de finir deuxième et troisième a permis s’allonger au classement des constructeurs sur la Mercedes dirigée par Wolff. Ce dernier doit certainement être compté parmi les vainqueurs du Grand Prix de Singapour, bien qu’il soit le véritable perdant de l’épreuve. week-end L’Asiatique est une fois de plus – après Monza, pour ne citer qu’un cas frappant – la FIA.

Formule 1, le verdict décisif sur le plafond budgétaire et les scénarios futurs

Commence un semaine presque décisive dans le monde de Formule 1. À l’approche du Grand Prix du Japon, où Max Verstappen pourrait devenir champion du monde pour la deuxième fois de sa carrière, le… projecteur sur ce mercredi 5 octobre qui restera probablement gravé dans l’histoire de la sport automobile. Le jour qui mettra définitivement – et peut-être enfin – le mot fin sur la saison 2021 et dévoilera les équilibres et rapports de force entre les équipe en dehors de la paddock et la piste, ainsi que la création d’un précédent (inconfortable) dans l’interprétation de règles de plafond budgétaire.

En attendant le réponse de FIAil est intéressant d’analyser les scénarios possibles qui peuvent affecter à la fois le Aston Martin que le Red Bull. La seule certitude pour le moment est que pénalité financière prévu par le règlement en cas de dépassement du plafond budgétaire ; le montant varie toutefois selon le cas. En ce qui concerne la situation de la Aston Martinle pénalités pour les sports mineurs peut être : une réprimande publique, une suspension d’une ou plusieurs courses, une restriction des tests, une réduction de l’amende de l’UE. plafond des coûtsjusqu’à la déduction de points dans le classement des constructeurs et/ou des conducteurs. Cas différent pour le Red Bullcoupable d’avoir commis un pénalité sportive majeureet au lieu d’une réprimande publique risque exclusion du championnat.

Verstappen et Horner, Red Bull
Verstappen et Horner, Red Bull

Il s’agit de la 2021mais il est évident qu’il y a Doutes également sur le fait que le plafond budgétaire par le les mêmes coupables aussi en 2022. Certainement pour obtenir des réponses sur la saison en cours il n’est pas permis d’attendre une année supplémentairel’image et le crédibilité pas tant de la Fédération que de l’ensemble de l’Union européenne. Formule 1. Si, au cours d’un match de football, déjà cinq minutes pour une décision de la VAR vous font lever le nez dessus, sans parler de… suivre avec passion une coupe du monde entière par Formule 1 avec l’éternelle question de régularité ou non des voitures dans les courses auxquelles nous assistons. Sans parler des polémiques et des manigances constantes qui animeraient chaque… week-end le site paddock.

La saison dernière, le Formule 1 a conclu un beau championnat du monde avec la lutte jusqu’au dernier Grand Prix entre Verstappen et Hamilton à son paroxysme, mais laissant imprimé dans l’esprit de millions de fans une image de une confusion incroyable mêlée à la folie des décisions fait « pour le bien de l’émission » qui a effectivement remis le titre à laLe Hollandais Volant. Cette année, il n’y a pas eu de pénurie de chiffres – voir Monza – et une fois de plus cela va au détriment du sport. Mercredi sera un jour décisif, pour le passé, le présent et l’avenirque le prochain Grand Prix devra donner réponses capable de protéger l’esprit sportif et l’intégrité avant le spectacle. La frontière entre chef-d’œuvre e farce ça n’a jamais été comme ça labile.