Formule 1, Hakkinen : « Plus de pression sur Ferrari, c’est comme une équipe nationale ».

– Lire la suite ci-dessous –

Dans le panorama de Formule 1 le site Ferrari a toujours représenté la voiture avec laquelle il faut gagner pour devenir une légende. La passion des fans, bien qu’elle ait désormais atteint des proportions mondiales, représente une véritable fil rouge à l’échelle nationale. L’accent mis sur les performances de l Maranello a sans aucun doute un poids différent par rapport aux autres équipes, et en ce sens, l’incapacité de ramener un titre mondial de Formule 1 en Italie depuis 2007 commence à devenir un poids important. Mika HakkinenLe champion du monde de 1998-99 était le véritable antagoniste de Michael. Schumacher et le Cheval cabré entre la fin du siècle dernier et le début de celui-ci, donnant lieu à des duels mémorables. Leur rivalité peut être comparée à la rivalité émergente entre Leclerc e Verstappenavec deux pilotes prêts à se défier sans retenue sur la piste, mais sans faire dégénérer leur relation en dehors de la piste.

lire aussi : Formule 1, Ferrari au travail : le point sur le développement de la F1-75

Formule 1, Hakkinen analyse la saison de Ferrari

Grâce à l’expérience acquise lors des duels acharnés contre le Cheval cabré, Hakkinen a tenté d’analyser le moment difficile auquel a été confrontée l’équipe de Maranello. Dans le défi avec Red Bull la Ferrari ont montré qu’ils ne pouvaient pas suivre. Cependant, le sentiment demeure qu’ils ont mal joué leur chance de remettre les titres des pilotes et des constructeurs dans l’armoire à trophées. Dans sa chronique sur UnibetHakkinen s’est exprimé à ce sujet : « […]Ferrari a toujours eu beaucoup de pression et c’est quelque chose qu’ils sont les seuls à avoir…, a toujours eu la pression supplémentaire d’être une sorte d’équipe nationale.. Cela ne doit pas être facile pour la direction ou les pilotes. Je pense que cette saison a été difficile parce qu’ils ont commencé avec une voiture rapide. gagner des courses et avoir confiance, mais Red Bull a opéré plus efficacement, en faisant peu d’erreurs et en améliorant la voiture.« .

LIRE AUSSI  Formule 1, Albon, du rejet de Red Bull à la chance de Williams : le murmure des pneus