S’arrêter pour regarder ? Naples, Arsenal et autres : c’est déjà une révolution en Europe

– Lire la suite ci-dessous –

Dans les zones jouées par les footballeurs, le banc a toujours eu une aura mystique qui l’entoure. C’est la maison de l’entraîneur et de son staff, qui se transforme en lieu de confinement pour les exclus du onze de départ. Il est moqueur, presque cruel, d’avoir le terrain à quelques mètres et de ne pas pouvoir y marcher : surtout si vous vous y asseyez après des semaines, des mois ou des années de sacrifice. Même le entreprisesÀ leur manière, ils courent le risque de rester sur le banc de touche. Cela signifie regarder les autres applaudir, vivre comme un second couteau, exister en fonction de ceux qui prennent systématiquement part aux célébrations.

Luciano Spalletti Naples
Luciano Spalletti Naples

Cette condition concerne ceux qui se battent et ne gagnent pas, ceux qui courent mais ne franchissent pas la ligne d’arrivée en premier. Celui qui vise le Scudetto, en somme, mais ne le soulève pas.. Pratiquement jamais. Discours applicable en Série A comme dans les autres ligues où, quelques mois avant le début, un embryon de révolution. Naples vole la vedette, l’Arsenal et l’insoupçonnable Union Berlin tenir le position de tête. De même, le BarceloneLe Real Madrid, qui a été battu dans ses finances et dans son esprit par la domination du Real Madrid, respire un air nouveau. Le vent est en train de tourner en Europe, renversant les hiérarchies et suggérant une saine banc formateur pour ceux qui sont plus habitués au succès.

Naples exulte à Cremonese Napoli

Voir Naples et ensuite… tous les autres.

Dans la maison de Naplesla douleur du Scudetto balayé avec 91 points et l’amertume dans la bouche pour les primes jetées la saison dernière sont des blessures ouvertes, que la formation entraînée par Spalletti essaie de se réparer. Et, pour l’instant, il se montre adepte de cette chirurgie spéciale : 7 victoires sur 9 en Serie A, première place avec 23 points et la meilleure attaque avec 22 buts. Trois des trois équipes néo-promues ont affronté et avec elles des équipes inférieures aux Azzurri, qui ont toutefois également gagné avec Lazio e Milan – ainsi qu’avec Liverpool e Ajax dans la Ligue des champions, avec des scores grandiloquents.

Cremonese Napoli Image Photo Sport

Aucun match n’est simple, mais le Naples donne l’impression que tout est extrêmement facile, même pour l’adversaire le plus tenace, comme le Crémonais hierest obligé de subir la fureur des attaquants parthénopéens. Le sentiment à ce jour est celui d’une équipe en pleine confiance là où d’autres peinent, et en pleine conscience là où d’autres doutent. Tout cela, avec un Kvaratskhelia aux limites de l’omnipotence footballistique. Un individu parmi d’autres, qui contribue à la danse parfaite d’une équipe sans prima donnas. Et, pour ça, un candidat sérieux même dans une saison aussi brisée et intense que la Coupe du monde.

L'exultation d'Arsenal
Lexultation dArsenal

Arsenal, il est temps de redevenir Invincible

Pensez Arsenal avec un trophée dans les mains ramène l’esprit à la saison 2003/04 : celle de la Invinciblesles hommes de Wenger qui a gagné la Premier League sans jamais perdre. L’actuel Gunners par Arteta ont déjà enregistré une défaite, mais avec huit victoires sur neuf, il n’y a pas de bilan à déplorer pour les Nord-Londoniens. Le succès contre Liverpool peut, à long terme, avoir certifié la croissance de l’équipe de matériel de mème aux grands noms du football anglais et continental. Sur Europaà ce jour, la couverture de l révolution occupent le pied de Sakala qualité de Gabriel Jesus et les gants de Ramsdale. Le vent des Émirats est celui que l’on respire dans le plus classique des coups d’État : on ne sait pas si lesArsenal battra définitivement le Manchester Citymais a déjà obtenu un premier succès. A ce jour, il est redoutable. Et l’être dans le championnat le plus difficile du monde est certainement un bon point de départ.

Pedri Barcelone
Pedri Barcelone

Barcelone, défi au Real : des surprises au cœur de l’Europe

Sur les autres terrains de chasse autour de laEuropeaprès quelques saisons d’anonymat, il est temps de résurrection pour Barcelone. L’équipe de Xavi n’est pas comparable à triplés de l’époque Messimais elle est redevenue un prolongement naturel du travail sur les jeunes effectué dans le cadre de la Masìa. La cantera de la Barça a produit deux incontournables de la formation qui domine le marché de l’emploi. Liga: Pedrien but au dernier tour, et Gavi. Tous deux intouchables même en équipe nationale, ils lancent les Catalans dans un face-à-face avec les Real dont le point culminant est le Clasico du week-end prochain. Un match que le Barcelone l’affrontera comme un test de maturité, avec les armes déchaînées lors de ce début de championnat : du phrasé, une possession asphyxiante et quelques centres de plus que d’habitude. Dans la région, rappelons-le, il y a encore Lewandowski et dans l’air, la chaleur de la Camp Nou est revenu pour briller et concourir à son meilleur niveau.

Union Berlin
Union Berlin

La Hollande et l’Allemagne, que se passe-t-il ?

Naples, Arsenal et Barcelone étonnent, de par leurs propres mérites et les adversaires qu’ils mettent derrière eux, même s’ils ont un blason élevé dans leurs ligues respectives. Mais ailleurs, le révolution atteint des sommets inimaginables, difficiles à prévoir pour le reste de la saison. Et, en même temps, extrêmement romantique. Dans un Allemagne dans laquelle Le Bayern et le Borussia se battent pour un pointle sourire est leUnion Berlin – premier à +2 sur Fribourg et +4 des Jaunes et des Bavarois. Une formation qui n’est revenue en Bundesliga qu’il y a quatre saisons et pour laquelle on prédit une descente physiologique prochaine. Mais le lire là, devant tout le monde, attire l’attention : de la même manière que ce qui se passe dans les pays de l’Union européenne. Hollande.

Az Alkmaar
Az Alkmaar

Sur EredivisieEn fait, il est compliqué de déterminer s’il surprend plus leAZ Alkmaar premier o Ajax deuxième jusqu’à un certain point, dans un championnat où – étant donné le manque de compétitivité des seconds – chaque match peut signifier principe de fuite dans le classement. Il est certainement trop tôt pour établir dans Europa une chaîne de commandement : il y a ceux qui paient pour les absences, les retards de condition ou un calendrier plus compliqué. Tous les aspects qui se stabilisent au cours d’une saison normale, mais qui laissent des inconnues au cours d’une année marquée par la première… Coupe du monde l’hiver. Et donc, ceux qui sont toujours restés se sont tenus à l’écart et ont observéqui jouit déjà d’une vengeance momentanée. Le résultat est imprévisible : comme celle de toute révolution qui se respecte..