Virtus Bologna, Scariolo après Belgrade : « Le Partizan était la meilleure équipe ce soir ».

– Lire la suite ci-dessous –

L’Euroleague s’avère être un chemin très difficile, plein d’imprévus, pour la Virtus Bolognala lourde défaite contre le Partizan Belgrade en est un exemple. Malgré cela, l’entraîneur Sergio Scariolocomme l’a également rapporté Eurosportparvient toujours à analyser les situations de manière lucide : « .Le Partizan a vraiment bien joué, avec de l’énergie et de l’esprit de décision, et a aligné une défense physique. Nous sommes très en retard dans le développement de l’équipe, et avec un joueur important sorti comme Shengelia, mais nous aurions dû faire mieux. Nous avons commis plusieurs erreurs qui ne doivent pas être répétées. L’écart qui s’est créé dans le premier quart-temps a fondamentalement déterminé le match. Le Partizan était la meilleure équipe ce soir, nous l’acceptons, et nous travaillons dès demain pour progresser.« .

Lire aussi : Euroleague, Zalgiris Kaunas-Virtus Bologna : les Black Vs en quête d’un bis repetita

En plus de l’entraîneur de la Virtus Bologna Sergio Scariolo est également commissaire technique de la Espagne. Un double rôle qui lui permet certainement d’avoir une vision large de l’évolution du basket européen. Toujours à ce sujet Scariolo a quelque chose à dire :Nous sommes dans notre première année en Euroleague après une longue période. Tout le monde, de moi à l’équipe, en passant par les fans et le club, doit comprendre que l’Euroleague d’il y a 15 ans n’est pas ce qu’elle est aujourd’hui. Il est beaucoup plus compétitif et physique. Nous voulons être dans le groupe des équipes qui joueront les playoffs jusqu’au bout. J’aurais du mal à dire qu’il y a deux équipes qui seront définitivement éliminées, encore moins dix. Ce sera difficile, nous devons grandir. La saison dernière a été marquée par l’attente d’un retour en Euroleague, et nous l’avons fait en gagnant l’Euroleague. C’est une médaille à deux faces, l’une est belle, l’autre est dure, nous savons que nous devrons souffrir et nous battre pour faire de notre mieux.« .

LIRE AUSSI  NBA, Toronto Raptors - Philadelphia 76ers 119-109 : Siakam illumine, Embiid de 31 ne suffit pas.